FOCUS SUR …

Boomerang, une radio à l'épreuve du temps ?

affiche40x60_def format jpeg

Radio Boomerang a 36 ans : 36 ans d’action de lutte contre les discriminations, de promotion de l’expression populaire, et de valorisation des initiatives citoyennes locales. Une longévité que l’on attribue à la qualité de ses programmes et à sa présence aujourd’hui indispensable dans la vie citoyenne roubaisienne. Pourtant, en coulisses, les défis à relever sont légion…

1. Au commencement, un projet résolument associatif et éducatif

Radioteur de la première heure sur Radio Lille 59, radio pirate de la Métropole qui sévissait à la fin des années 70s, Jean Burie, 72 ans au compteur et actuel président de Radio Boomerang, est aussi, évidemment, un de ses fondateurs. Derrière le média radio et les possibilités infinies qu’il offre à une époque sans internet, nous raconte-t-il, la volonté de favoriser l’expression libre et de démocratiser la technologie radiophonique auprès de tous et toutes, à commencer par les jeunes de la Maison des jeunes de Roubaix, alors située rue de la Fosses aux Chênes, où la radio est installée pour faire ses débuts. Une résolution qui s’est également traduite par des actions de sensibilisation auprès des habitants du quartier et des ateliers rapidement mis en place dans les centres sociaux et écoles de la ville.

2.  L’âge d’or de Boomerang, radio de proximité sociale et locale

Après moult déménagements, radio Boomerang finit par poser son ancre à la FAL (Fédération des Associations Laïques), au 20 rue de Lille à Roubaix, dans un lieu où cohabitent 16 associations regroupées autour des valeurs de l’éducation populaire et qui présente donc pour la radio une opportunité de s’impliquer davantage dans la vie associative locale.

Mais c’est surtout l’arrivée de deux salarié.e.s, Marjolaine Labelle en 2006, et Frédéric Thery, en 2007, qui marque un tournant pour radio Boomerang qui prend en grade en terme de qualité de contenu et se rapproche davantage encore des habitants : le « Boom Actu » fait la part belle aux infos locales, « AlmaCity » donne la parole aux habitants du quartier de l’Alma via le centre social du coin, de nouveaux jingles viennent habiller l’antenne tandis que des émissions pionnières comme « Les Z’Entonnoirs », enregistrée tous les lundis à la Condition Publique à Roubaix, par les patient-e-s et infirmier-e-s de différents CMP (centres médico-psychologiques) de Roubaix sont programmés sur les ondes du 89.7FM.

3. Crise de la 30aine radiophonique

Coup du sort, comme beaucoup de radios associatives, et malgré les efforts des salariés comme des bénévoles, les difficultés se multiplient et jettent le doute sur l’avenir de Boomerang : la baisse continue des subventions publiques dont dépendent en grande partie les radios asso fragilise l’équilibre financier de la radio roubaisienne, et la contrainte du passage en RNT (Radio Numérique Terrestre) en plus de la diffusion hertzienne promet davantage d’ennuis encore côté trésorerie.

Par ailleurs, le renouvellement de l’équipe de direction bénévole, passage obligatoire dans la vie de chaque association, et en l’occurrence, 30 ans après la prise de fonction du président sortant, est un défi à relever qui s’ajoute cette année au départ d’une salariée de la radio.

Le secteur de la radio associative qui connaît de plus en plus de difficultés a donc de quoi se poser des questions : le rôle de média de proximité et le travail pédagogique continu fournis par les radios depuis plusieurs années sont-ils suffisamment reconnus aujourd’hui  par les pouvoirs publics ??